Passer d’une maison à un backpack

Devenir nomade, ça implique réduire le nombre de biens qu’on garde avec soi. En ce moment, je suis un peu dans un entre-deux. Je n’ai plus de meubles, très peu d’accessoires “maison” et de moins en moins de vêtements. Dans les prochaines semaines, je devrai tout réduire jusqu’à ce qu’il ne me reste qu’un backpack et mon ordi qui est en fait une tablette avec un clavier. Alors pour me débarrasser de ce qui était l’équivalent d’un stock d’un appart 2 chambres et me défaire de 30 ans de bébelles, j’ai eu recours à divers moyens. Voici donc différents moyens de vous défaire de tous vos biens!

1) Les amis et la famille

Parce qu’ils ont fait parti des premières personnes à me dire “Mais qu’est-ce que tu vas faire avec toutes tes affaires?” j’en ai profiter pour répondre avec “Je m’en débarrasse et si tu veux quelques chose, vraiment n’importe quoi, laisse-le moi savoir avant que je vende mon stock.” La moitié de mes choses sont partie de cette manière.

2) Craigslist/Kijiji/Annonces classées

Les sites d’annonces classées ont été les meilleurs pour vendre nos choses qu’aucun de nos amis ne voulaient, mais qui avaient encore une bonne valeur. Aussi super utile quand tu n’as pas d’auto et que tu n’as pas le goût d’aller porter tes choses trop loin. En tout, ça nous as permis de faire assez d’argent pour plusieurs sorties au restaurant pendant qu’on n’avait pas de frigo!

3) St-Vincent-de-Paul/Fripe-Prix Rennaissance/Les boîtes de dons

Il y a certaines choses que j’avais que je n’aurais vraiment pas pu vendre, ou bien même que je me sentais mal de vendre. Par exemple, le vieux cadre quétaine que je garde dans le fond d’un garde-robe depuis le Cégep parce que ça ne représente pas mon style du tout, ou encore mieux, mes vêtements d’hiver qui sont encore bons et beau que je ne remettrai probablement jamais. Et si c’est le genre de bébelle qu’en voyant vous vous dites “c’est dont ben laitte/weird ça!” c’est peut-être simplement que ça devrait plutôt aller à la poubelle.

4) Oeuvres de charité

Pour des gros morceaux, comme les électros-ménagers, pensez à donner un coup de file bien en avance aux diverses oeuvres de charités qui peuvent souvent même venir les chercher chez vous. Il y a quelques années, j’avais besoin de me débarrasser d’une vieille voiture, et au lieu de l’emmener au dépotoir pour auto, la Fondation du rein l’a prise en me donnant un retour pour impôts. Et ils allaient soit vendre les parties utilisables pour faire de l’argent, ou bien même la donner à des étudiants en mécanique.

4) Service de débarras (aka. 1-800-Got-Junk)

Mon dernier recours. Super bon service, mais pas mal dispendieux. Voyez-vous, on était rendu à la dernière minute, on devait se débarrasser de nos électros, et on était à 48 heures du 1er juillet alors plus personne n’en voulait ou avait de la place pour les prendre. J’ai décidé d’aller de l’avant en me disant que le coût de ce service, versus le stress de sortir 4 électros d’un appart au 3e étage n’en valait pas la peine. Et j’étais tannée de me débarrasser de mes choses. 30 ans, c’est pas mal de temps pour ramasser des bébelles de toutes sortes! En plus, ils allaient les recycler/donner autant que possible.

Connaissez-vous d’autres moyens de réduire vos biens et de vous en débarrasser sans les mettre au vidanges?

Advertisements

On commence par où?

Quand on a pris la décision de partir pour une période indéterminée et qu’on a finalement décidé de ne pas renouveler notre bail et vendre tous nos biens, la première question qui m’est passée par la tête était, “mais comment on planifie un voyage sans trop planifier?” Partir pour une durée indéterminée pour avoir la flexibilité de se rendre peut importe où l’on a le goût de voyager selon l’humeur du jour, ça prends quand même un minimum de préparation à moins d’être millionnaire. Et millionnaire n’est pas un terme que je peux m’approprier… loin de là! Alors, voici comment on s’en est pris:

1) On a rêvé pendant quelques semaines à se nommer tous les pays, les villes et les attractions qu’on voulait voir.

2) Petit à petit, on s’est mis à se faire des listes en pensant à divers scénario du genre:

a) Si on voyage de trois à six mois seulement parce que travailler sur la route, ça marche juste pas et qu’on est sur le bord de devenir pauvre, quels sont les endroits à visiter/les choses à faire à tout prix.
b) Si ça va bien et qu’au moins un de nous deux réussit à faire assez d’argent pour qu’on vive correct, et donc qu’on voyage pendant un an ou deux, quels sont les pays sur notre “wish list”
c) Si on pogne le “jackpot” ou bien que tous les deux on réussissent à faire un décent salaire, on visite TOUS les pays. Sauf peut-être Paraguay et El Salvador parce que point de vue sécurité, c’est pas vraiment cool en ce moment.

3) On a regardé nos comptes en banque pour finalement décider d’aller de l’avant avec l’option a en gardant bon espoir que l’option b sera le résultat final. Ça devrait m’aider à me donner la motivation qu’il faut pour que je me trouve contrats à la pige!

4) On a choisi un date qui nous plaisait, on a regarder sur quelques sites pour acheter des billets d’avions pour trouver la journée la moins chère pour un aller simple direction Mexico City, puis,  avec les yeux mi-fermé (juste moi, mon chum était bien calme, lui), on a peser le fameux boutons “Buy Now”.

Alors, c’est fait! Pour le moment, même en allant avec l’option a, ça inclût le Mexique, l’Argentine et le Chili. Nos plans pour le Mexique sont assez courts (3 semaines au total), et puisqu’on va quand même travailler fort, fort, fort jusqu’à la veille de notre départ, on profite de cette partie du voyage pour manger trop de tacos et de guacamole, se faire bronzer le bout de nez et passer du temps avec des amis qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Après direction Buenos Aires pour un minimum de quelques semaines où l’on se remet au travail pour un ou deux mois, puis on continue vers le Chili, probablement pour y passer le temps des fêtes avec d’autres amis.

Après ça? On verra!

Faire ses boîtes

photo (7)Déménager pour une période indéfinie, ça veut dire faire ses bagages et se débarrasser des choses en trop. Je ne prévois pas revenir habiter au Canada, mais puisque c’est ici que ma famille habite, je vais sûrement venir faire un tour. Je laisse donc quelques souvenirs importants, une boîte à nous envoyer quand on aura trouvé notre nouveau chez nous, et le plus important, mes vêtements d’hiver pour mes futures visites. Et oui, à mon copain et moi, c’est la totalité de ce qu’on laisse derrière. Le reste devra être rangé dans nos backpacks.