Une lettre pour Bubba

Il y a 2 ans, j’ai écrit une lettre similaire pour ta grande soeur. On est presque rendu à 42 semaines et je me demande si tu attends que je prenne le temps de t’écrire quelques mots doux. Puisque j’ai pas mal tout essayé ce qui m’a été conseillé pour t’aider à venir nous dire bonjour, je me dis que c’est peut-être juste cette lettre qu’il manque. Alors, voilà:

Hello Bubba,

On t’attend depuis 10 longs mois déjà. Eh oui! Pas juste 9 mois, mais bien 10 et un peu plus. On a appris que tu étais en chemin très tôt et tu te fais attendre encore plus que ta soeur alors tu comprends sûrement qu’on a très hâte de te rencontrer.

Je n’ai probablement pas autant de photos de toi/moi qui grandit à vu d’oeil, mais je pense quand même à toi tous les jours, même plusieurs fois par jours depuis le tout début. Après tout, tu t’es pointé le bout du nez (ou des pieds, ou des fesses) beaucoup plus rapidement que je ne l’aurai pensé!

Tout est prêt pour ton arrivée depuis quelques semaines maintenant. Tu as même quelques petits oursons, un d’une grand-tante et un autre de ton arrière-grand-mère, qui dorment dans ta bassinette en attendant de te réconforter.

Depuis quelques jours, je m’amuse à deviner ta personnalité. Je me demande si tu seras un peu plus attaché à moi que ta soeur l’a été (elle adooooore son papa) vu qu’à date tu as l’air très bien dans mon gros bedon rond. Si je me fie à tes mouvements, tu seras un oiseau de nuit plein d’énergie . Et puisque tu vas être un Lion (et non un Cancer comme on le prévoyait), mes petites recherches me disent que tu seras possiblement une personne avec tout un caractère, chaleureuse  et passionnée. Un signe de feu, comme celui de ton père.

On a même choisi ton nom. En fait, on pense bien avoir trouvé le bon. Il faut juste voir ton visage pour savoir si c’est bien le tien.

Alors quand tu seras prêt, fais-nous signe. On t’attend. On est prêts.

Avec beaucoup d’amour,
Ta maman, ton papa et ta soeur.
xoxox

IMG_5813

Ta grande soeur et tes oursons t’attendent.

 

 

Patience

S’il y a une chose que j’ai apprise assez rapidement quand Raphaelle est née, est que ma patience peut être beaucoup plus grande que ce que j’en pensais. Et là, enceinte de plus de 41 semaines, j’ai l’impression que bébé #2 veut me rappeler que chaque bonne chose arrive en son temps. Alors pendant que je passe ces dernières journées à l’attendre (s’il-vous-plaît, que des journées, et non des semaines encore…), voici comment je me sens rendue bien “overdue”.

Les choses plus faciles

Est-ce qu’il y a vraiment quelque chose de facile rendu là?

Les choses plus difficiles

Trouver quelque chose pour me tenir occupée…

J’ai eu des massages, suis allée me faire couper les cheveux, eu le temps d’avoir deux manucures-pédicures depuis que je suis en congé, fait tout mon lavage plusieurs fois, réorganisé le frigo et le garde-manger, regardé plusieurs films via Netflix, tricoter une tuque pour Raphaelle et la saison de Masterchef de cette année termine dans moins d’une semaine. Je ne sais plus vraiment quoi faire de mon temps.

Les choses simplement différentes

Les rendez-vous plus fréquents

Après 41 semaines, ma sage-femme commence à suivre un protocole un peu différent dont je n’ai pas eu l’expérience avec Raphaelle. J’ai eu à passer un ECG pour bébé (tout va super bien), on m’offre différents examens internes (fun!), des références pour des scans (que je refuse pour l’instant) et j’ai une date pour mon induction, si je veux bien la prendre. Ce qui est quand même plaisant dans ce processus, c’est que je garde toujours contrôle des prochaines étapes et j’ai le droit de dire oui ou non comme ça me va. Mes rendez-vous sont aux 2-3 jours alors j’ai au moins ça pour me tenir occupée.

#ForeverEnceinte

J’ai écrit ça il y a 2 semaines, mais je n’avais pas affiché jusqu’à aujourd’hui! Et dire que je ne pensais pas avoir assez de temps pour prendre une photo et peser “Publier!”

Encore une fois, je me suis rendue à ma DPA. Ça veut dire que les journées les plus longues sont à peine à commencer même si j’ai déjà le sentiment d’avoir été enceinte pour toujours. Ça veut aussi dire que j’ai le temps d’écrire une dernière mise à jour avant que bébé #2 se pointe le bout du nez

Les choses plus faciles

Prendre mon temps

J’apprécie aller à mon propre rythme, déjeuner seule et prendre le temps de ne pas faire grand-chose en attendant le grand jour, surtout les journées où Raphaelle est en garderie comme aujourd’hui. Je comprends maintenant que passer quelques journées seules à la maison sans avoir à suivre la routine de ma cocotte, c’est un petit délice qui ne durera pas et qui me fait un grand bien.

Moins de stress

La dernière fois, quand j’ai dépassé ma DPA, le stress a déboulé à grande vitesse, surtout quand ma sage-femme ma parlait de faire un “stress test” pour le bébé, puis de possiblement rencontrer le docteur d’un autre hôpital pour parler d’induction. Je me suis mise à commencer des traitements d’acuponcture, manger épicé à tous les repas, marcher tous les jours, etc. Cette fois-ci, je continue ma petite routine bien relaxe, je ne mange pas vraiment épicé, je marche juste assez, mais pas plus qu’avant et je passe plus de temps simplement à relaxer.

Gérer les attentes des autres

Au lieu de trouver ça gossant quand on me demande si le bébé est enfin arrivé, je trouve ça comique cette fois-ci. J’adore voir le visage des gens au café d’en face, ou bien les dames à la garderie à chaque matin qui me disent “encore enceinte?” J’aime bien les prédictions à savoir si ça sera un garçon ou une autre fille. Et même les commentaires à savoir si mon ventre est “tombé” ou bien s’il est encore plus gros que la semaine d’avant me font sourire.

Les choses plus difficiles

Dormir!

En fait, ça n’est pas le nombre d’heures qui me manquent en ce moment. C’est plutôt le temps que ça me prend pour trouver une position confortable. Je souffre d’un mélange de mal de dos, surtout dans la cage thoracique, parce que ma bedaine tire trop d’un bord ou de l’autre ou bien je me réveille avec des épaules et des hanches engourdies. Mieux ça que les réveils pour des crampes intenses dans les mollets. Ouch!

Prétravail

On m’avait bien avertie qu’avec un 2e, il est possible que le prétravail soit un peu plus douloureux. J’ai des contractions irrégulières qui font de plus en plus mal (pas juste de l’inconfort là, mais des bonnes crampes…) depuis plus d’un mois maintenant. Des fois, ça va pour deux ou trois jours, puis ça recommence pour un autre deux trois jours. Certaines journées, ça dure quelques minutes, d’autres, ça dure un bon 24 heures. Ça n’est pas plaisant, mais en même temps, ça me rassure de sentir mon corps qui fait ce qu’il a besoin de faire jusqu’à ce que bébé choisisse sa journée.

Les choses simplement différentes

Les dernières fois

Je me souviens avant d’avoir Raphaelle de me dire à différents moments, “c’est peut-être la dernière fois que…” Cette fois-ci, les dernières fois que je remarque sont plutôt spécifiques à Raphaelle ou bien à notre vie de famille à trois. Du genre “c’est peut-être la dernière fois que Raphaelle peut se coller sur mon ventre et flatter “bubba” pendant que je lui lis un livre”, ou bien, “c’est peut-être la dernière fois qu’on part juste les trois pour faires les courses au marché” (notre tradition du samedi matin).

Et parce que c’est peut-être (qui sait?!?) la dernière fois, une autre photo de ma bedaine:

IMG_5941

 

33 semaines, la fin approche, déjà?!?!

Même si le décompte a commencé dès que les deux lignes roses sont apparues, c’est vraiment cette semaine que j’ai l’impression qu’il se fait entendre encore plus fort.  J’en suis au 3e trimestre, 8e mois, 33 semaines. Ça veut dire aux minimum 4 semaines et au maximum 8 semaines. C’est seulement 9 jours de travail, dont 6 au bureau et 3 à la maison. Et même si j’aurai bien aimé la dernière année passée aux bureaux où je travaille à contrat en ce moment, j’ai hâte de la mini-pause qui s’en vient avant qu’un nouveau chaos s’installe!

Alors, pour une troisième fois, voyons où j’en suis:

Les choses plus faciles

La préparation est terminée beaucoup plus en avance

Je me souviens encore comment, lorsque ma mère est arrivée deux semaines avant la date prévue d’accouchement pour Raphaelle, j’avais encore pas mal de choses à acheter et de petites choses à mettre en ordre. Cette fois-ci, à part pour mettre le siège de bébé dans l’auto et assembler la bassinette, je suis prête. Les vêtements sont lavés, mon sac d’hôpital est prêt et même certains documents que je dois signer sont déjà remis à ma sage-femme depuis quelques semaines.

J’ai un coup de main quand j’échappe des choses

Je suis au point où échapper quoi que ça soit par terre est suivi d’un gros « oh non! » parce que la simple pensée de devoir me pencher m’épuise. Mais en même temps, vu qu’on essaie d’encourager Raphaelle à nous aider dans les tâches de tous les jours (qu’elle adore en passant, surtout la vaisselle à cause des bulles), ça me donne une bien bonne excuse pour lui demander de me passer ce que je viens d’échapper!

Les choses plus difficiles

La fatigue est revenue encore pire qu’avant

Avec Raphaelle, je ne me souviens pas vraiment d’un grand retour de la fatigue au 3e trimestre. Un peu, oui, mais pas au point de dormir 10 heures la nuit et faire 2-3 siestes le jour (quand mon chum est là…) ou bien devoir terminer le travail à 2pm parce que j’ai de la misère à me tenir les yeux ouverts. Pourtant, mes tests sanguins démontrent que tout est vraiment correct, même pour une personne qui n’est pas enceinte!

Me vêtir est un vrai défi

Je ne travaillais pas dans un bureau la dernière fois, alors je ne me préoccupais pas trop de mes vêtements. Cette fois-ci, je dois aller au centre-ville au moins 2 à 3 fois par semaine, et bien que c’est un endroit super relax, je dois quand même m’habiller pour le travail. Et tous mes vêtements commencent à être vraiment serrés et étirés au maximum. Mais à ce point-ci, je ne trouve pas que ça vaille la peine de m’acheter des nouveaux vêtements alors je mets les mêmes 2-3 tenues pour travailler, et je fais mon lavage toutes les semaines. Faut bien que je me réhabitue à faire du lavage à tous les jours, ein?

Les choses simplement différentes

Bébé #2 est un(e) vrai(e) gymnaste

Ça bouge beaucoup plus que la dernière fois, et en une journée, le bébé peut passer de la tête en bas à la tête sur ma hanche ou même tout en haut. Plus le temps avance, plus bébé passe de temps avec la tête en bas (ouf!), mais on dirait qu’il va nous garder en suspense jusqu’à la dernière minute. Pendant quelques semaines, j’étais inquiète et j’ai fait des recherches pour savoir s’il est possible d’accoucher un bébé les fesses premières (oui avec certaines conditions), mais vu que ça change souvent, j’ai décidé de laisser ces inquiétudes de côté parce que tout peut encore changer. Surtout vu que c’est mon deuxième, les chances sont hautes que bébé va décider de bien se placer seulement quand ça sera le grand jour.

De bonnes excuses pour des nouveaux souliers

Contrairement à la dernière fois, mes pieds ont grandi un peu et j’ai donc besoin d’une demie ou pleine pointure de plus pour mes chaussures. En plus, avec ma grosse bedaine, j’ai aussi besoin de chaussures qui n’ont pas de lacets parce que j’ai vraiment de la misère à trouver mes pieds. Alors, j’en ai profité pour m’acheter deux paires de nouveaux souliers!

Et pour terminé, je dirais que je me sens plus grosse (de la bedaine) que la dernière fois, mais je n’en suis pas certain. Qu’en pensez-vous?

33-weeks-raphie-bubba

24 semaines plus tard…

On dit souvent que la deuxième grossesse passe beaucoup plus vite et qu’on oublie de prendre autant de photos. Dans mon cas, c’est pas mal ça qui se passe. Au lieu de prendre mille et une photos de ma bedaine, c’est encore les photos et vidéos de Raphaelle qui remplissent mon téléphone que je dois mettre à jour assez souvent pour faire le ménage si je veux avoir assez de place pour continuer d’en prendre.

Alors, rendue à 24 semaines, je pense qu’il est temps pour une p’tite mise à jour. Et parce que je ne sais pas trop par où commencer, ou même trop qu’est-ce qu’il y a de nouveau, j’y vais avec la même formule que la dernière fois.

Les choses qui sont plus difficiles

Me virer de bord dans le lit! La bedaine ressort beaucoup plus tôt et plus loin que la dernière fois à ce point-ci. Du moins, c’est selon ma mémoire qui fait peut-être un peu d.faut aussi. Alors passer de dormir sur le côté droit au côté gauche nécessite déjà des efforts extrêmes. Essayer de faire suivre les 3-4 oreillers qui me tiennent compagnie n’aide pas non plus!

Savoir comment m’habiller pour travailler. Je travaille dans un bureau à Surry Hills trois jours par semaine, et je ne suis pas toujours certaine de ce qui est approprié ou non. À quel point est-ce qu’on peut facilement justifier porter des leggings tous les jours au bureau? Est-ce que c’est trop tôt, ou bien est-ce que je devrais profiter du fait que je suis dans un endroit pas mal souple pour ce qui est du code vestimentaire?

Les choses qui sont plus faciles

M’acheter des vêtements de maternité. Je sais quels magasins j’aime (surtout H&M, Cotton On et Bonds) et je n’hésite pas à acheter des vêtements bien ordinaires, simplement de taille plus grande. C’est assez difficile de trouver des bons (et beaux) vêtements de maternité en Australie sans dépenser une fortune. Mais la mode aux grands t-shirts lousses et aux longues chemises portées comme robes est parfaite pour moi en ce moment.

Profiter, et faire profiter des coups de bébé. La dernière fois, j’ai eu l’impression que ça prit tellement longtemps avant que Rowan puisse sentir les coups de bébé (par rapport à moi). Cette fois-ci, il les a sentis presque en même temps que moi. Ça fait déjà un bon mois que je les ressens beaucoup, même si, comme la dernière fois, j’ai un placenta antérieur. C’est sensé cacher la sensation un peu, mais bébé #2 a trouvé les bons spots pour me frapper bien fort — et plus ça avance, plus c’est près de mes côtes et de ma vessie.

Les choses qui sont simplement différentes

La préparation à la naissance. La dernière fois, Rowan et moi on a participé aux cours offerts par mon centre de naissance. Même si la plupart des informations n’étaient pas nouvelles pour nous (on avait lu assez sur le sujet), on a quand même aimé ça, surtout parce que tout était expliqué en fonction de donner naissance à cet endroit spécifique. Cette fois-ci, on ne suivra aucun cours. Alors j’en profite quand même pour relire quelques livres juste pour me rafraîchir la mémoire. Et je trouve ça pas mal intéressant, surtout quand on explique les différentes étapes de travail, de comparer avec une expérience vécue. Il y a des moments où je me dis « ah… je m’en souviens de me sentir comme ça », puis d’autre bout où c’est plutôt « ben non! ça ne c’est pas passé comme ça du tout! »

La préparation de la maison. Vu qu’on n’a pas mal tout l’équipement qu’il nous faut, les préparations que l’on doit compléter (commencer vraiment…) sont plutôt orientés sur Raphaelle (encore!) Elle est très indépendante et s’amuse bien seule, mais ça veut aussi dire qu’elle peut facilement se mettre dans le trouble sans que je ne m’en rendre compte. Je peux simplement m’imaginer en train d’allaiter bébé #2 pendant qu’elle recouvre la cuisine de farine… Et puisque ça fait déjà deux ans qu’on vit dans la même maison, on a plus de réorganisation et de ménage à faire que la dernière fois.

L’obligatoire bedaine :

24 semaines

 

De retour….au moins pour quelques mois!

Depuis quelque temps, j’écris dans mon journal pour prendre le temps de penser à cette deuxième grossesse, mais je me suis dit qu’il est venu le temps de partager un peu comment ça se passe ici, un peu comme je l’ai fait pour Raphaelle.

Je ne promets pas d’écrire aussi souvent, pas parce que j’ai moins de choses à dire, mais plutôt parce que courir après une petite fille de 18 mois, travailler et essayer de garder la maison en ordre, ça me tient beaucoup plus occupée que nos journées de voyageurs de la dernière fois.

J’en suis rendue à 16 semaines, et comme premier billet, j’ai pensé partager ce que je trouve de différent entre ma première et cette deuxième grossesse :

Les choses qui sont plus difficiles

Avoir de l’énergie. Un peu comme la première fois, la fatigue m’a frappée pas mal fort les premiers mois, et j’ai eu l’impression que c’était pire que la dernière fois. Probablement parce que Raphaelle me tient beaucoup plus occupée, et que ça n’est pas bien vu de prendre des siestes au travail!

Se souvenir du progrès. Avec beaucoup moins de rendez-vous et une vie plus occupée, c’est facile d’oublier où j’en suis. Je suis déjà rendue au 2e trimestre et avec un seul rendez-vous et une échographie (à date), le temps semble filer beaucoup plus vite et je dois souvent consulter mon téléphone pour savoir à quelle semaine je suis. La dernière fois, je savais à la journée même, et combien de jours il me restait à tout moment!

De l’exercice? C’est quoi ça? La fatigue a été mélangée avec une grosse baisse de motivation, ce qui a fait que l’exercice a pris pas mal le bord. Je me reprends tranquillement avec des longues marches et des longueurs de piscine, et j’espère faire un peu plus d’exercices avec des poids dans les prochains mois.

Les choses qui sont plus faciles

Un meilleur appétit. Contrairement à la dernière fois, je n’ai pas été malade cette fois-ci. J’ai eu le sentiment que j’étais pour l’être, mais ça n’a jamais duré vraiment longtemps, et si je mangeais dès mon levé et aux 2-3 heures, tout allait bien. Et rien ne semble me répugner.

Pas de besoin (de trop) de nouvelles bébelles. On a pas mal tout gardé les vêtements et accessoires qui nous ont aidés avec Raphaelle pendant la première année alors la liste de chose à acheter est beaucoup plus courte. On a trouvé une bonne poussette double usagée et des amis vont nous prêter un siège d’auto. Le reste est caché sous le lit de Raphaelle!

Les choses qui sont simplement différentes

Les émotions. On a beau avoir passé au travers déjà, s’imaginer parent de 2 enfants assez rapprochés va emmener des nouveaux défis. Il ya des jours où c’est excitant et où j’ai bien hâte de voir Raphaelle avec un frère ou une sœur et la relation qui va se développer. Mais il y en a d’autres où j’imagine des nuits passées à allaiter où les moments de répit sont interrompus par les cauchemars de Raphaelle me menant tranquillement à devenir un peu folle vu le manque de sommeil. Tout ce que je peux me dire, c’est que comme la première fois, j’ai beau avoir mes inquiétudes, mais une fois rendu « en plein dedans », c’est à ce moment que je trouverai la solution. Au pire des cas, une bonne douche, une tasse de café et un morceau de gâteau peuvent faire des miracles!

La bédaine. Aussi bien terminer avec ça et une p’tite photo :

IMG_4639

Cette fois-ci, ça prit beaucoup moins de temps avant qu’elle se pointe le bout du nez et j’ai dû ressortir mes pantalons de maternité beaucoup plus tôt et mon nombril en profite déjà pour prendre du soleil! Malheureusement, ceux de la dernière fois ne me font plus (trop grands parce que je les ai portés jusqu’à la dernière minute) alors il m’a fallu une nouvelle garde-robe. Mais à ce point-ci, je me sens à peu près au même point que la dernière fois — ni plus grosse, ni plus petite (ou plus en haut, ou en bas ou sur les côtés!!!)

Et c’est à voir quand je prendrai le temps d’écrire une prochaine mise à jour…

Les premières fois

J’ai écris ça quand Raphie avait à peine un mois mais je n’avais pas encore pris le temps d’ajouter les photos. Voici donc un petit retour en arrière dans mes pensées vers la mi-août…

Depuis que Raphaelle est arrivée dans nos vies, nos journées sont remplies de “premières”. En fait, ça me donne l’impression que tous ces petits détails qui s’accumulent pour faire d’elle la grande personne qu’elle va devenir sont les petits morceaux qui rendent mes journées belles même quand je n’ai pas eu plus qu’une heure consécutive de sommeil depuis des jours. Ou serait-ce semaines? J’en ai perdu le compte. Je prend donc le temps de vous présenter certains de nos premiers moments favoris:

Première fois que j’ai allaitée Raphaelle avec succès

IMG_0710-0.JPG

Première marche à l’extérieur dans sa poussette

IMG_0760.JPG

Premier bain (papa est en charge de cette tâche!)

IMG_0766.JPG

Première manicure-pédicure

IMG_0635.JPG

Première visite à la plage avec pépère et mémère

IMG_0625.JPG

Et le plus gratifiant de tous, les premiers sourires et les premières jasettes

IMG_0883.JPG

Et dans les moins favoris, celui qui m’a marqué le plus, c’est les premiers vaccins. Je pense que j’étais plus stressée avant et après que Raphaelle ne l’a été! Les infirmières ont été très douces avec moi et m’ont donné des bonbons pour m’aider à m’en remettre! Je sais qu’il y aura d’autre premières comme ça, et elles vont probablement me briser le coeur autant et même plus, mais je pense bien pouvoir passer au travers. Disons que ça remet en perspective ce que nos parents ont faits et les expériences auxquelles ils ont passés au travers pour nous…